Comment devenir un chauffeur de VTC ou un chauffeur de taxi ?

17 octobre 2021 0 Par Eva

La profession dans le domaine du VTC est une pleine expansion. Elle attire de plus en plus d’entrepreneurs. En parallèle, le nombre de taxis ne cesse également pas d’augmenter. Par contre, le nombre de taxis est assez stable. Le nombre de taxis à Paris est environ 18 000 à Paris à présent. Ce nombre bouleverse l’environnement des entreprises de transport de personnes dans toutes les parties de France.

En effet, il est nécessaire de connaître les différences entre le VTC et le taxi. Cet article présente les différents éléments à connaître pour devenir VTC ou pour avoir une licence en taxi. Il faut savoir à quoi s’attendre. La première étape consiste à savoir comment devenir taxi ou VTC et la deuxième étape de cet article concerne l’encadrement sur les métiers de transport de personnes en général.

Que faire pour devenir chauffeur de taxi ou VTC ?

Pour avoir la licence pour le taxi, il est nécessaire de se documenter sur l’investissement à préparer. En effet, la profession de taxi Châteaufort est règlementée. La grande spécificité du taxi par rapport au VTC est le fait d’avoir une licence de taxi. Il faut consulter les fiches qui existent sur les sites internet comment devenir chauffeur de taxi sans revenir vers le détail concernant la formalité à effectuer afin d’effectuer ce métier. Il est nécessaire de préciser que l’obtention de cette licence est à présent incessible depuis l’année 2014.

Les autorisations de stationnement de taxi

Pour plus de précision, il y a les autorisations de stationnement taxi ou aussi appelées ADS. Elles sont émises avant l’octobre 2014 et continuent toujours d’être cessibles. Il est également possible d’obtenir une ADS grâce à une demande effectuée auprès de la mairie de la commune ou de la préfecture de police. Par ailleurs, le délai d’attente pour avoir cette ADS est très long. Les nouveaux arrivants taxis continuent d’avoir de « vieilles ». La plupart du temps, l’obtention de l’ADS est à une dizaine de milliers d’euros. En outre, il est possible de faire une location d’ADS si cette dernière est émise avant 2014. Il est aussi possible de travailler dans les sociétés de taxi autorisées par l’État. De plus, accéder à la profession de taxi Châteaufort est maintenant plus difficile que l’accès vers le métier VTC.

Il est connu que l’accès pour devenir VTC est plus facile par rapport aux démarches pour devenir taxi. C’est le plus grand avantage de la profession. Ce métier ne demande pas la possession d’ADS comme le taxi. Par contre, cela ne veut pas dire que tout le monde peut devenir VTC du jour au lendemain. Il y a des conditions à respecter comme le fait d’être majeur, d’avoir un permis de construire de plus de 3 ans, d’avoir un casier judiciaire vierge. Il est également conseillé de suivre une formation dans le domaine du VTC. En effet, il est obligatoire de passer un examen VTC qui permet de valider les acquis lors de la formation non seulement dans le domaine de la sécurité, mais aussi sur le service client que ce soit en français ou en anglais. Cet examen est le passage obligé pour avoir la carte professionnelle en VTC et pouvoir entamer le métier.

Le guide sur les métiers de transport de personnes

De ces différences sur l’accès à la profession que ce soit pour VTC ou taxi découlent des modalités de fonctionnement différentes. En effet, la règlementation des VTC est assez particulière. Elle diminue l’exercice de la profession en la limitant et ménage les spécificités des taxis.

Il y a le monopole de la maraude qui est un privilège pour le taxi Châteaufort. Cela permet de se stationner et de circuler sur la voie publique et d’être reconnu et arrêté par les clients depuis le trottoir de la route. Pour les courses VTC, il faut toujours faire une réservation à l’avance. C’est pour cela que les VTC possèdent beaucoup de plateformes en ligne pour la commande.

Ensuite, le bloc lumineux de taxi est le symbole par excellence des taxis. Cela découle du monopole de la maraude. En effet, c’est grâce à ce signe que les taxis sont facilement reconnus dans la rue. Le taxi Châteaufort est aussi facilement reconnaissable.

Les règles de circulation qui sont avantageuses.

Les taxis bénéficient des règles de circulations spécifiques par rapport aux transports en commun ou en automobiles. En effet, le taxi dispose d’une place de stationnement bien réservé. Ces places de stationnement sont souvent des endroits stratégiques, car elles sont proches des aéroports, des gares, des sites touristiques, etc. De plus, les taxis sont les seuls à pouvoir emprunter les voies de bus. Ces voies permettent souvent de raccourcir le trajet en cas d’embouteillage ou en cas d’urgence.

Concernant la tarification du trajet en taxi, elle est déterminée et fixée par une règlementation chaque année. Les taxis n’ont pas la liberté de déterminer le tarif selon le besoin du chauffeur comme le VTC, mais ils doivent suivre la tarification affichée sur le compteur. Il y a un compteur qui est appelé taximètre dans le véhicule qui compte le tarif tout au long du trajet du client. Le montant qui s’affiche à l’arrêt est le montant à payer. Le fonctionnement de la tarification se fonde par l’utilisation d’horodateurs. En effet, le tarif n’est jamais connu à l’avance du trajet, mais pour un chauffeur déjà habitué au trajet, il est possible qu’il donne le tarif à peu près, mais non-exact. Il y a le tarif forfaitaire pour le taxi pour ceux qui peuvent payer le taxi Châteaufort tous les mois ou toutes les semaines. Pour le VTC, le tarif est fixé par la plateforme où s’effectue la commande du taxi. Il est aussi possible de négocier le tarif avant le trajet.

Il est important de savoir que le chauffeur de VTC ne peut jamais exercer le travail de taxi, mais un chauffeur de taxi peut faire les courses en tant que VTC à travers l’usage d’une plateforme ou un autre moyen de négociation de tarif.