Tout savoir sur le transport en ambulance

Tout savoir sur le transport en ambulance

24 août 2020 0 Par Sarah

Pour transporter une personne malade ou blessée à l’hôpital, il existe plusieurs moyens de transport sanitaire. A savoir, le taxi conventionnel, le véhicule sanitaire léger (VSL) et l’ambulance 91. En ce qui concerne ce dernier mode de déplacement, il est règlementé par certaines normes. Dans tous les cas, c’est un moyen pratique et avantageux pour bénéficier d’une intervention professionnelle et adaptée à toutes les situations. Mais quel est donc le principe d’un transport en ambulance ? Retrouvez toutes les informations y afférentes dans cet article.

Généralités

En France, il est possible de trouver des entreprises d’ambulance publiques et privées dans chaque région. Dans les deux cas, ce type de transport sanitaire accomplit les mêmes missions. Vous devez savoir que tous les cas de transport en ambulance 91 ne sont pas forcément des situations urgentes. Aussi, vous pouvez recourir à ce service, avec ou sans prescription de votre médecin. Vous pouvez alors appeler une ambulance par vous-même, sans alerter le centre de secours 112. Mais dans ce cas, votre appel ne sera pas considéré comme un cas de transport urgent. Cela étant, vous bénéficierez toujours d’une prestation de qualité à la hauteur de vos besoins.

Par ailleurs, vous devez noter qu’en contactant une ambulance 91 par vous-même, vous pouvez choisir le centre de soins à rejoindre. Dans le cas contraire, c’est-à-dire, par l’intervention du service de secours, le véhicule vous transportera vers l’hôpital le plus proche.

Les normes qui régissent le transport en ambulance

L’ambulance, dans l’exercice de son métier, est soumise à certaines règlementations. Les normes qui régissent la profession visent généralement à assurer un minimum de confort aux patients. Les ambulanciers et les ambulances doivent ainsi les respecter sous peine de sanction sévère. Les règles sont fixées par le ministère de la Santé publique, notamment par le ministre compétent de la Santé publique. De manière générale, les règlementations concernent l’état du véhicule d’ambulance 91 et ses équipements.

Chaque véhicule doit justifier d’une attestation issue d’un contrôle technique strict. Il doit également disposer des matériels de base qui servent à assurer les premiers secours en cas de besoin. Ainsi que les équipements destinés à garantir le confort du patient. Autrement dit, chaque entreprise, publique ou privée, doit mobiliser une voiture bien équipée et en très bon état pour chaque intervention. En outre, toute ambulance est tenue de respecter les caractéristiques externes régies par l’arrêté ministériel du 6 juillet 1998. Pour vérifier le respect et l’application des normes, les inspecteurs provinciaux utilisent une liste de contrôle.

Par ailleurs, certains autres décrets peuvent également régir le transport en ambulance. Par exemple, la loi du 8 juillet 1964 définit exactement le type de véhicule pouvant être considéré comme une ambulance. En l’occurrence, tout véhicule permettant un transport sous surveillance, dans une position assise ou couchée, et disposant d’équipement nécessaire pour ces cas.

Le personnel ambulancier

Comme susmentionné, il existe des sociétés d’ambulances publiques et privées dans chaque région de France. Vous pourrez ainsi trouver facilement une ambulance professionnelle en Essonne.

Bref, le personnel d’une ambulance se décline en deux types de professionnel bien distinct. A savoir, les ambulanciers et les auxiliaires ambulanciers.

L’ambulancier

Un ambulancier peut exercer son activité dans une entreprise privée de transport sanitaire. Mais il peut également travailler au sein d’un organisme de santé. Il s’agit d’un professionnel de santé qui s’occupe du déplacement des blessés, malades ou handicapés dans un véhicule adapté. En principe, il est le conducteur de la voiture d’ambulance 91. Dans l’exercice de sa profession, l’ambulancier doit justifier de quelques compétences requises.

Tout d’abord, il doit disposer d’un diplôme d’État d’ambulancier ou DEA à l’issue d’une formation professionnalisante. Le programme de cette formation consiste à fournir aux apprenants les connaissances nécessaires pour maîtriser l’état clinique d’un patient

. L’ambulancier pourra également maîtriser les techniques préventives de manutention et les règles de sécurité pour installer les patients correctement. La formation dure généralement 18 semaines dont 5 passées en stage. Ensuite, le DEA est délivré par le directeur régional de la jeunesse des sports et de la cohésion sociale. Par ailleurs, l’ambulancier doit aussi faire preuve d’écoute envers les patients. Au cours de ses nombreuses missions, il doit savoir assurer les malades, être disponible, patient et calme. À noter qu’il n’est pas nécessaire de disposer d’un diplôme d’auxiliaire ambulancier pour devenir ambulancier.

    • Le concours d’ambulancier

Outre le DEA et les qualifications personnelles, un ambulancier doit également passer par un concours avant de pouvoir exercer. Et ce, qu’il souhaite travailler au sein d’une entreprise d’ambulance 91 ou d’un organisme de santé. Ce concours exige aussi quelques conditions d’admission. Entre autres, les candidats doivent avoir au moins 17 ans et être titulaire d’un bac ou un diplôme équivalent. Ils peuvent également être en classe de terminale au moment de passer le concours. En outre, les étudiants qui ont réussi leur UE de PACES peuvent aussi concourir pour devenir ambulancier. Enfin, les professionnels ayant passé 3 ans dans le milieu hospitalier ou médico-social sont également admissibles.

L’auxiliaire ambulancier

L’auxiliaire ambulancier est celui qui accompagne l’ambulancier dans toutes ses interventions. Autrement dit, c’est l’équipier de l’ambulancier. En outre, il peut aussi conduire un véhicule sanitaire léger dans certains cas. Quoi qu’il en soit, il a pour rôle d’assurer seul et sur instruction médicale le transport et l’entretien d’un patient.

Tout comme l’ambulancier, l’auxiliaire ambulancier doit également disposer des compétences et des connaissances requises. Il peut devenir auxiliaire de catégorie A ou B selon sa préférence. Ainsi, il doit suivre différents modules de formation, notamment de 70 heures pour la catégorie A. pour la catégorie B, il faudra un certificat de capacité d’ambulancier.

Par ailleurs, devenir auxiliaire ambulancier implique aussi la possession d’un certain nombre d’éléments, à citer :

    • Un permis de conduire en règle
    • Une attestation à la conduite de véhicule sanitaire
    • Un certificat médical de vaccinations
    • Une attestation médicale de non-contre indication à la profession
    • Une attestation de formation aux Gestes et Soins d’Urgence de niveau 1 et 2
    • Une attestation de formation de 70 heures

Bref, le transport en ambulance est une profession à part entière dont le personnel doit assurer une mission importante. Dans ce cas, chaque entreprise de transport sanitaire doit assurer grande disponibilité afin d’assurer les demandes en transport, urgentes ou non. En cas de besoin, vous pouvez contacter une société d’ambulance 91 en Essonne pour tout type de transport médical. Cette entreprise, disponible 24h/24 et 7j/7, met à votre disposition un véhicule équipé et un personnel qualifié pour toute intervention.